Candidature

Étudiante

Chères et chers membres de la communauté universitaire, chères et chers étudiant·e·s,

Nous sommes appelés à renouveler les conseils centraux et la présidence de l’université de Franche-Comté et à décider des orientations de notre établissement en matière de politique de formation, de politique de recherche et de mise en œuvre de nos missions élargies au service de la société. La définition des principes et des valeurs qui régissent notre environnement professionnel et l’organisation de notre action autour d’un projet partagé, qui porte notre ambition pour l’avenir, sont des enjeux majeurs de ces élections.

Plusieurs mois de dialogue avec les différents acteurs de la vie universitaire et de concertations tant au niveau régional que national, me conduisent aujourd’hui à vous présenter ma candidature à la présidence de l’université, portée par la liste Pour une université de Franche-Comté d’ambitions et de valeurs.

Animée par la volonté de faire rayonner notre université et de contribuer au développement de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation en région Bourgogne – Franche-Comté, cette candidature repose sur une conscience claire des défis d’aujourd’hui, avec, pour héritage, une université pluridisciplinaire, plusieurs fois centenaire, ancrée dans son territoire, ouverte sur la cité et sur le monde. Ma candidature repose également sur un système de valeurs personnelles et collectives, de considération pour autrui, de probité et de liberté académique, au service de la communauté universitaire et d’une université de service public. Enfin, cette candidature est animée par une détermination sans failles à incarner une université engagée dans un monde en pleine mutation.

Répondre aux défis d’aujourd’hui

Indéniablement, les universités françaises ont connu ces dernières années de grands bouleversements, conséquences d’une longue série de réformes qui a conduit à des recompositions à marche forcée, et qui – comment pourrait-il en être autrement ? – continuent d’inquiéter la communauté universitaire.

Depuis 2015, le paysage régional a été redessiné par la mise en place d’une université fédérale, l’université Bourgogne – Franche-Comté (UBFC). Dans ce contexte, la prise de risque est réelle, tant les enjeux sont à la fois scientifiques, institutionnels et politiques. Le succès d’initiatives pour le développement de projets interdisciplinaires emblématiques et structurants ne suffit pas à dissiper les craintes légitimes face à des postures exclusives et à des politiques de rattrapage dont le sens n’est pas toujours compréhensible.

La capacité que nous aurons d’orienter et d’inspirer les décisions qui seront prises et engageront l’avenir de notre université au sein de sa nouvelle région renforce ma volonté de m’engager en mobilisant et en fédérant tous les acteurs et toutes les actrices ainsi que les parties prenantes de notre université pour répondre à cinq défis essentiels :

celui de la qualité des missions académiques et de la gouvernance, (i) en mettant en place une gouvernance de proximité adaptée aux enjeux, avec l’appui d’une équipe compétente, en prise avec le terrain, ouverte au dialogue et à la concertation; (ii) en recourant systématiquement à une démarche de consensus formalisée, croisant les regards d’experts et des acteurs de terrain sur les projets structurants de l’université et du site ; (iii) en développant la culture de projet et en mettant en place les moyens que cela appelle ; (iv) en développant la culture de l’évaluation « guide » aux standards internationaux et en renforçant notre système de démarche qualité interne.

celui de la qualité de vie au travail des personnels et des étudiant·e·s à l’université et de la reconnaissance individuelle et collective, (i) en mettant en œuvre une politique de ressources humaines proche, intégrée et adaptée aux personnes et aux enjeux ; (ii) en valorisant l’investissement au service de la communauté ; (iii) en permettant le meilleur accueil des personnels et des étudiant·e·s en situation de handicap ; (iv) en luttant contre toutes les formes de discrimination, d’isolement et de rejet ; (v) en luttant contre la précarité étudiante et en accompagnant les initiatives qui contribuent à cette lutte ; (vi) en promouvant et en soutenant la dynamique étudiante ; (vii) en développant des espaces de vie et de travail connectés, favorisant l’apprentissage, la découverte, l’échange et la collaboration.

celui de la réussite des étudiant·e·s, de l’employabilité et de l’insertion professionnelle des diplômé·e·s, (i) en s’engageant dans la dynamique de la loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiant·e·s avec une diversification de l’offre de formation de premier cycle pour les bachelier·e·s; (ii) en permettant l’acquisition par la formation des compétences comportementales et transversales recherchées sur le marché de l’emploi ainsi que celles liées au numérique et au traitement des données ; (iii) en développant chez l’étudiant·e les qualités distinctives d’une pratique de chercheur·se qui favorise la curiosité, l’esprit critique, la créativité, l’initiative et la prise de risque ; (iv) en développant le dialogue et les partenariats avec le monde socio-économique et en mobilisant les services concernés; (v) en accompagnant les initiatives des personnels et des étudiant·e·s.

celui de la visibilité et de l’attractivité de nos sites, (i) en maintenant un haut niveau de recherche dans le cadre d’une politique scientifique ambitieuse, cohérente et inclusive à l’échelle d’UBFC ; (ii) en favorisant le rayonnement culturel et scientifique de l’université ; (iii) en conduisant, à l’international, une politique d’ouverture, d’accueil, d’échange et de coopération à destination des pays développés, des pays à fort potentiel de développement et des pays de solidarité ; (iv) en proposant des formations de grande qualité, qui soient porteuses de l’esprit universitaire chez ceux qui seront demain à l’œuvre dans la société.

celui de la mission de l’université comme acteur de développement de notre territoire, (i) en renforçant le leadership de notre région dans les domaines des technologies clés pour la compétitivité en Europe ; (ii) en répondant aux enjeux que représentent aujourd’hui la gestion des ressources naturelles, l’énergie, les transports, l’information et la communication, la santé et le bien-être ; (iii) en contribuant au développement de systèmes d’innovation performants en ouvrant l’université aux acteurs socio-économiques et en simplifiant l’accès aux développements scientifiques et techniques en cours ; (iv) en répondant aux besoins massifs en formation induits par le bouleversement présent et à venir de secteurs entiers d’activité ; (v) en contribuant au décloisonnement du système éducatif et à la fédération de l’ensemble des acteur·trice·s académiques régionaux pour répondre aux enjeux de l’éducation au XXIe siècle.

Macha Woronoff