Les étudiant·e·s et la communauté universitaire au cœur de la formation

Au sein du système éducatif, l’université a ceci d’unique qu’elle prend part à la fois à la production de nouvelles connaissances, à leur transmission et à leur valorisation. Aujourd’hui, son potentiel la situe même au cœur des projets de modernisation des pays et des régions, avec pour conséquence une compétition accrue entre les systèmes de recherche et de formation supérieure à travers le monde. Placer au cœur de la formation l’étudiant·e et la communauté universitaire est une priorité pour notre établissement.

En Europe, l’université est appelée à jouer un rôle central dans le développement économique et en faveur de la cohésion sociale et de l’environnement. Elle se retrouve ainsi confrontée, comme l’ensemble de la société, à des évolutions et des défis dont l’ampleur et le rythme ont marqué son entrée dans le 21è siècle. La globalisation du monde, le développement fulgurant des technologies numériques, la transformation des métiers, l’évolution des sociétés, la formation tout au long de la vie, les bouleversements climatiques, la protection et l’exploitation raisonnée des ressources naturelles sont autant de sujets dont l’université doit s’emparer.

Ces questions, qu’il s’agit d’aborder dans leur dimension éthique, doivent être intégrées à la politique de formation de notre établissement afin de mieux préparer celles et ceux qui seront demain à l’œuvre dans la société. 

Les atouts de l’université de Franche-Comté

L’université de Franche-Comté, de par son caractère pluridisciplinaire, dispose d’une offre de formation riche et diversifiée. Centre de ressources et de développement pour le territoire, elle a pour objectif d’accueillir tous les publics et de mener à la réussite le plus grand nombre. Elle dispose pour cela d’un large vivier d’acteur·trice·s, dont la mobilisation à tous les niveaux a permis, notamment, d’assurer aux diplômé·e·s des taux moyens d’insertion professionnelle ou de poursuite d’étude supérieurs à la moyenne nationale, et de conduire des changements importants et complexes comme ceux relatifs au déploiement de ParcourSup, à l’application de la loi ORE, à la réforme des études de santé ou encore à l’application de la loi relative à la formation professionnelle.

Nos propositions

Afin de renforcer la dynamique collective au service d’une ambition renouvelée, il sera mis en place une équipe cohérente et compétente pour accompagner l’action d’un·e vice-président·e formation et vie universitaire. Cette équipe sera composée d’un·e chef·fe de projets, de chargé·e·s de mission et des responsables des services concernés (pilotage, scolarité, formation continue et alternance, numérique et pédagogie universitaire, orientation stage-emploi, relations internationales). L’objectif est d’agir dans le souci d’une plus grande synergie entre les services d’appui et les acteurs de terrain. 

Concernant la formation, la politique de l’établissement s’articulera d’abord autour de l’étudiant·e acteur·trice de son parcours. Elle concernera :

  • Le développement du niveau licence/bachelor, en accompagnant l’orientation des bacheliers depuis le lycée dans le contexte de la réforme du bac (renforcement du lien Bac -3 – Bac +3) et en permettant la diversification et la professionnalisation des parcours de premier cycle. L’établissement accompagnera la mise en place du BUT (Bachelor universitaire de technologie) dans les IUT et le nouvel arrêté de licence professionnelle en désignant un·e chargé·e de mission ;
  • L’amélioration continue de la qualité des programmes de formation en favorisant la transformation pédagogique, en renforçant le lien recherche-formation et le lien avec le monde socio-économique et en associant l’étudiant·e à la vie et à l’évolution de sa formation ;
  • La visibilité et l’attractivité des formations, et le développement de programmes d’échanges et de partenariats à l’international ;
  • L’identification, l’évaluation et la validation des compétences transversales et comportementales qui sont aujourd’hui des facteurs de mobilité et d’employabilité ;
  • Le développement de la formation tout au long de la vie.

Elle s’articulera aussi autour de l’enseignant·e / enseignant·e-chercheur·se qui sera accompagné·e dans sa mission de formation dès son intégration au sein de l’établissement :

  • En simplifiant les procédures et l’usage des outils liés à la formation ;
  • En consacrant un budget récurrent aux investissements pédagogiques ;
  • En accompagnant les réponses aux AAP régionaux, nationaux et européens ;
  • En réévaluant et en renforçant les moyens des services d’appuis (SUP-FC, OSE, FoC’Al, Pilotage, etc.) ;
  • En accompagnant la FR-EDUC dans son soutien à la pédagogie du supérieur ;
  • En valorisant les expériences et les savoir-faire, et en mettant en place une cartographie des compétences mobilisables à l’échelle de l’établissement ;
  • En reconnaissant l’investissement en faveur de la formation dans l’évolution des carrières des enseignant·e·s et enseignant·e·s-chercheur·se·s.

Avec le développement du numérique, les espaces traditionnels se transforment et s’adaptent à l’enseignement formel d’aujourd’hui, mais d’autres espaces, comme les espaces de circulation et de convivialité à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments (learning centre, jardins des savoirs), deviennent aussi des lieux d’un apprentissage informel et non-formel une fois réaménagés et équipés. Ils s’ajoutent alors aux bibliothèques et aux Open Lab, et contribuent ainsi à la qualité de vie sur les campus. Pour permettre des réalisations originales qui intègrent les nouveaux usages et répondent aux besoins des utilisateurs, une démarche de co-conception d’espace sera lancée sur chaque campus avec les étudiant·e·s et la communauté universitaire.