Une Université modèle de la Durabilité

La Durabilité est un enjeu majeur pour notre société. La nécessaire mutation de l’université de Franche-Comté dans ce contexte doit s’appuyer sur une politique ambitieuse, coordonnée et s’inscrire dans une démarche ouverte et collaborative pour créer les campus de demain, former les générations futures et faire de l’Université un Démonstrateur de la Durabilité.

Les sociétés humaines doivent vivre et répondre à leurs nécessités sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins (rapport Meadows et al, « les limites de la croissance »). La lutte contre le changement climatique, la préservation de la biodiversité, l’utilisation d’une énergie propre et d’un coût abordable, la recherche des conditions du bien-être, de l’équité et de la solidarité, l’accès à une éducation de qualité font parties des 17 enjeux globaux de la Durabilité identifiés par l’ONU.

Les objectifs sont loin d’être atteints, une ambition profonde et continue est à penser.

Tous les enjeux globaux de la durabilité sont transposables et déclinables à l’échelle locale et particulièrement de l’Université. L’Université, lieu des savoirs, doit apporter sa contribution et former les générations futures.

Constats : un contexte local et des compétences favorables aux mutations de l’Université

Le travail précédemment mené par l’Université et l’ensemble des acteurs a fait émerger une série d’enjeux liés aux nouvelles pratiques, à l’évolution des modes de vie et à la redéfinition du lien entre recherche et formation dans un contexte de bouleversement climatique et écologique. Les enjeux du développement durable trouvent aussi dans les projets patrimoniaux un terrain fécond pour incarner l’attractivité et le rayonnement de l’Université sur le thème de la Durabilité. 

De quels leviers l’Université dispose-t-elle pour relever le défi d’adapter des campus existants aux usages et problématiques du XXIe siècle ?

L’Université est au cœur des contrats de développement métropolitains, projets de développement d’envergure.  Ainsi, le projet Eco-campus à Belfort, projet scientifique, pédagogique et urbain, inscrit le développement du potentiel d’enseignement supérieur et de recherche du Nord Franche-Comté dans une démarche de durabilité. Le contrat de développement métropolitain du Grand Besançon fait entrer le campus de la Bouloie dans une phase de mutation avec la construction de nouveaux bâtiments (ISIFC), la réhabilitation et la transformation d’autres (création d’un Learning-center, siège du CROUS), l’aménagement du Jardin des Sciences, la requalification du campus Sport. On citera aussi la rénovation du campus du centre-ville (UFR SLSH, Saint-Jacques) dans le cadre du projet de la Cité des Savoirs et de l’Innovation localisée au cœur de Besançon

L’ensemble de ces projets de mutation d’envergure doit répondre à de nombreux enjeux dont ceux liés à la transition énergétique, au développement durable et à l’amélioration et la promotion des mobilités douces au sein et entre les campus. Ils constituent une préoccupation majeure de l’ensemble de la communauté, étudiants et personnels. Ces mutations ont aussi pour ambition d’améliorer le bien-être et la qualité de vie au travail de toute la communauté.  

Un autre atout indiscutable de l’Université est la richesse de son expertise et de ses savoir-faire, dans ses unités de recherche, dans ses nombreuses formations, dans ses associations étudiantes. La communauté, très enthousiaste vis-à-vis des projets de Campus de demain, doit pouvoir être mieux associée à ces projets. 

Il est proposé

De mettre en place une gouvernance dédiée

  • Associer à l’équipe présidentielle une cellule Durabilité compétente et agile et un comité de pilotage composé d’un panel représentatif des personnels de l’UFC (enseignant-chercheurs, administratifs, étudiants).
  • Charger cette cellule de la définition d’une stratégie coordonnée « Durabilité à l’UFC » et associer cette cellule à tous les projets thématiques portés par l’Université ; de la réduction de l’empreinte carbone au plus proche des acteurs, à l’échelle globale de la gestion de l’Université.
  • Installer des référents forces de proposition dans chaque composante et chaque laboratoire volontaire.

De faire de l’UFC un démonstrateur des savoir-faire Durabilité

  • Partager les savoir-faire Durabilité de tous les acteurs de l’Université et créer un continuum en renforçant les passerelles entre les collectivités, le monde socio-économique et tous les acteurs de l’Université.
  • Coordonner la politique durabilité de l’Université avec celles des autres acteurs : collectivités et CROUS.
  • Renforcer la participation au mouvement « Agir ensemble – Campus durable en ville durable » 
  • Afficher, soutenir et enrichir une offre de formation labellisée « Durabilité » 
  • Renforcer la synergie de recherches transdisciplinaires, en sciences de l’environnement, sciences de l’ingénieur, sciences humaines, sciences juridiques : « l’UFC, un laboratoire de la Durabilité ».

De co-construire les campus de demain avec tous les acteurs

  • Intégrer tous les acteurs de l’université dans la projection vers les campus de demain, dès la phase de réflexion et dans la phase d’élaboration des grands projets.
  • Accompagner et promouvoir l’implication des étudiant-e-s dans le cadre d’UE libres, de la Contribution Vie Étudiante et Campus (CVEC), du Challenge CAMPUS 2030 et soutenir les initiatives étudiantes.

De transformer les campus en terrain d’expérimentation visible

  • Vivre les campus comme terrain d’étude, d’expérimentations visibles et partagés par la recherche, la formation et les associations.
  • Adapter les aménagements et projets patrimoniaux aux enjeux de la durabilité.
  • Diffuser le savoir à un large public.